vendredi 17 décembre 2010

La pièce

Bon eh bien on est maintenant vendredi, anniversaire de ma femme, et j'en profite pour vous parler de la fameuse pièce des enfants à l'église.

La pièce était interessante en soi, les enfants étaient tous jolie et cute. Les gens ont bien apprécié le spectacle.

Cependant, il y avait un certain pincement au coeur lorsque je regardais les enfants faire leurs pièce. J'avais tous le temps derrière les pensées cette phrase qui revenait:" Sam aurait du être là. Peut-être qui va être là." Néanmoins, je continuais à regarder la pièce lorsqu'un gros boulversement me saisie et j'ai du me lever pour aller à la salle de bain pour enlever les choses que j'avait dans les yeux (yeah I totally cried).

Lorsque je suis revenu, ma femme m'a demandé où j'étais et je lui ai simplement dit que j'était au toilette. La chose ici c'est qu'il ne faut pas que je montre à Diane ma faiblesse car elle repose sur moi face à la situation que nous faisons face. Si par malheur elle m'aurait vu pleurer, elle aurait pleurer deux fois plus.

Lorsque la partie ou Sam aurait du participé arriva, c'est la que çà a fait le plus mal.C'est des moments comme ça qui te rappelle que tu as un enfant particulier.

Le lendemain, nous avions rendez-vous avec un psychologue qui a pour mandat d'évaluer Samuel dans son développement. C'est une procédure nécéssaire afin que notre garçon puisse suivre le programme ABA. Cette réunion, même si j'ai eu exactement à quoi je m'attendait, à littéralement été une claque dans la face. Le psychologue nous a informer qu'au stade ou est notre Samuel présentement, elle n'a d'autre choix que de le catégoriser comme retardé mentallement.

....

Bien que Samuel présente des signes comme quoi il va s'en sortir, la société d'aujourd'hui exige à ce que les enfants soient catégorisés immédiatement pour des évaluations futures. Ceci nous a bousculé au plus haut point. Ma femme ce blammait pour tout. Bien que je lui disait que nous faisons tout dans notre possible pour régler le problème, rien ne marchait.

Elle s'est quand même calmé plusieurs heures plus tard. J'ai réussi à la consoler. Notre garçon apprend vite, la seule chose qui le retient dans son développement c'est le language. Il ne prononce pas toutes les composites d'une phrase et quelquefois il en inventes donc c'est difficile pour lui, nous et tous les autres dans son entourage.

Nous allons vaincre cette chose et en sortirons grandis.

1 commentaire:

  1. Bonne fête Diane!!

    Dans un autre ordre d'idée, je suis rappelé de la maîtrise en psycho de ma soeur sur les test de Q.I. et combien BOGUS que les évaluations re: l'intelligence sont, JUSTEMENT pcq elles sont tellement axées sur le language, i.e. l'habileté de comprendre l'évaluation et de donner des réponses à travers le language.

    Qqun avec un habileté particulière en langues (comme moi mettons) fera toujours bien sur ce genre d'évaluation, alors que qqun qui a des problèmes dans ce domaine mais serait, par exemple, un virtuose du piano, ferait abominablement. Bottom line, ya pas de définition complète de l'intelligence qui peut être mesurée, et on est socialisé à croire que des telles habiletés sont "intelligentes" et d'autres non (par exemple, l'habileté de socialiser qui me donne de la difficulté mais que j'admire chez les autres). La condition à Sam le retient évidemment et est p-e équivalente à un "retard mental", sans l'être techniquement. C'est un retard linguistique, p-e, ou même un développement linguistique parallèle et non-conforme. Mais l'étiquette "parapluie" choque, j'en conviens.

    La société continue de s'emmurer derrière sa peur de, ou biais contre, tout ce qui est différent.

    RépondreSupprimer